oktalite

X

Le lexique de la lumière.

Les principaux termes. Informations utiles sur la lumière.

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

A

Il s’agit de l’angle géométrique obtenu à partir du foyer du luminaire et de la diffusion lumineuse (diamètre du réflecteur). En langue courante, l’angle d’ouverture (Beam angle) est aussi appelé l’angle de demi-intensité lumineuse.

L’angle solide est exprimé en stéradian (sr). La valeur de l’angle solide décrit le rapport entre le rayon et la surface d’une sphère standard décrite par l’angle. Si une sphère a un rayon de 1 m, un stéradian couvre ainsi une surface sphérique de 1 m2.

B

Lors de la production industrielle des puces LED, il peut y avoir des divergences au niveau de la fabrication : les propriétés varient par exemple au niveau de la couleur et de l’intensité lumineuse. Pour garantir une qualité lumineuse constante avec un niveau de luminosité constant et une couleur de lumière uniforme, on trie les LED. Ils sont répartis dans des « bins » (un mot anglais signifiant « conteneur »). Ce procédé de binning (variation de puce à puce) est particulièrement important pour les LED blancs.

C

La marque « CE » (Conseil de l’Europe) apposée sur un produit ou un emballage permet au fabricant d’indiquer sous sa propre responsabilité que ses produits sont conformes aux exigences de certaines directives de l’Union européenne. Le symbole CE n’est pas une marque d’homologation de sécurité comme les labels VDE, ENEC ou GS. Il ne s’adresse pas aux consommateurs, mais aux organismes chargés de contrôler le respect de ces directives UE. Un produit ne portant que le symbole CE n’a donc été testé par aucun organisme de contrôle indépendant notifié.

La chromaticité de Planck est en général représentée dans un modèle colorimétrique CIE. Elle décrit une suite imaginaire de localisations chromatiques qui prend la lumière d’un corps noir qu’il émettrait s’il était soumis à un réchauffement progressif (par exemple, de 1 000 K à 10 000 K) dans le modèle colorimétrique CIE.

La technologie chip-on-board (abréviation COB, en français, montage direct des puces) est la technique qui consiste à monter des puces de semi-conducteurs non encapsulées directement sur des circuits intégrés pour obtenir un composant électronique. On utilise aujourd’hui l’abréviation COB pour tous les composants contenant le semi-conducteur non encapsulé.

Le corps noir (en anglais, black body) est une source de rayonnement thermique idéalisée. Ce corps absorbe le rayonnement électromagnétique incident de toutes les longueurs d’onde et renvoie l’énergie absorbée sous forme de rayonnement électromagnétique avec un spectre caractéristique ne dépendant que de la température. On utilise ces corps pour calculer les rayonnements les plus divers, par exemple, la lumière.

Dans cette couche, la lumière bleue à onde courte d’un LED est convertie en lumière à onde longue. On peut ainsi générer un spectre quasiment continu de longueurs d’onde cyan, vert, jaune jusqu’à rouge. En association avec la contribution bleue légèrement transparente, on peut alors générer de la lumière blanche à l’aide d’un LED. La puce du LED (« die ») n’est, en elle-même, pas en mesure d’émettre de la lumière blanche en raison du processus physique à l’intérieur du cristal du LED. En faisant varier la composition de la couche de conversion et donc, la conversion plus ou moins intense dans les différentes couleurs, on peut générer de la lumière blanche ayant différentes températures de couleur.

La courbe de répartition de la lumière décrit la répartition spatiale de la lumière. La forme et la symétrie de cette courbe caractérisent les luminaires ou réflecteurs au rayonnement bas et large et symétrique et asymétrique.

D

Le diagramme conique sert à représenter graphiquement l’intensité d’un éclairage à différentes distances.

Terme anglais décrivant les différents cristaux du semi-conducteur d’un LED.

La durée de vie indique au bout de combien de temps le nombre de lampes défini d’une installation d’éclairage ont cessé de fonctionner et/ou qu’une quantité définie de lampes a dépassé la perte de flux lumineux assignée. Si l’on prend donc une durée de vie moyenne, 50 % des lampes auraient donc cessé de fonctionner. La durée de vie d’une lampe n’est pas une valeur absolue et ne peut pas toujours être utilisée pour faire une comparaison directe car elle peut dépendre de différents facteurs comme la fréquence avec laquelle elle est allumée/éteinte ou même, la température.

E

L’efficacité du luminaire est décrite par le rendement d’une lampe. Elle est indiquée par rapport aux lumens/watts et décrit la quantité d’énergie absorbée qui est transformée en lumière. Plus ce rapport est élevé, plus la lampe est efficace.

Une ellipse de Mac Adam décrit le domaine dans lequel des localisations chromatiques par rapport à une localisation chromatique de référence située au centre de l’ellipse sont perçues comme ayant la même couleur.

Le label ENEC (European Norm Electrical Certification) est la marque européenne de certification électrique pour les luminaires et autres produits électriques. Elle est attribuée par des organismes de contrôle et de certification indépendants en Europe. En Allemagne, il s’agit par exemple du TÜV Rheinland dont le numéro d’organisme de contrôle est le 24 et est apposé à côté de la marque ENEC.

F

Le flux lumineux correspond à la puissance lumineuse totale émise par une source. Il correspond à la puissance lumineuse émise par la source dans toutes les directions et se mesure en lumen (lm).

Cette valeur décrit le flux lumineux rayonné par la lampe ou le LED.

Cette valeur décrit le flux lumineux émis par le luminaire ou le système dans son ensemble. Contrairement au flux lumineux du luminaire, celui du système correspond au flux lumineux atteignant réellement la surface à éclairer. On le calcule en multipliant le flux lumineux du luminaire mesuré par son rendement optique.

I

Institute of Electrical and Electronic Enigeers. Avec plus de 430 000 membres dans plus de 160 pays différents, l’IEEE est la plus grande association technique professionnelle au monde. Elle a pour mission de promouvoir les innovations technologiques au profit de l’humanité.

L’indice de réflexion indique quel pourcentage du flux lumineux est réfléchi par la surface. Les surfaces claires ont un indice de réflexion élevé, les sombres, un indice faible.

Un indice de rendu des couleurs (Colour Rendering Index) est une quantité photométrique permettant de décrire la qualité du rendu des couleurs (Colour Rendering) de sources lumineuses ayant la même température de couleur corrélée (Colour temperature). Cet indice est actuellement calculé à partir de 14 couleurs tests définies dans la norme DIN 6169. On appelle aussi souvent l’indice de rendu des couleurs Ra ou IRC (en anglais, colour rendering index, CRI). Il s’agit d’un indice de rendu des couleurs général et il regroupe la valeur mathématique des huit premières couleurs tests, de la n° 1 à la n° 8. On part donc du principe que des lampes ayant un Ra > 90 ont un très bon rendu des couleurs.

L’intensité lumineuse (l) mesure le flux lumineux émis par une source lumineuse pour un angle solide donné. Elle est exprimée en candela (cd).

L

La valeur L indique en pourcentage le niveau du flux lumineux restant par rapport au flux lumineux d’une LED neuve. La valeur B indique en pourcentage le nombre de luminaires inférieurs à la valeur L. Si aucune valeur B n’est indiquée, cela signifie que la valeur est égale à 50 %, donc B50.

LED est l’abréviation de Light Emitting Diode, ce qui signifie en français, diode électroluminescente. Un LED est une diode, donc un élément de semi-conducteur, qui produit un rayonnement dans le sens passant. La longueur d’onde, et donc aussi la couleur, dépend du matériau dans lequel est fabriqué le semi-conducteur.

La localisation chromatique est indiquée dans le modèle colorimétrique CIE par une valeur x et une valeur y. Ces deux valeurs sont comprises entre 0 et 1 et sont habituellement indiquées avec jusqu’à quatre chiffres après la virgule.

Le lumen est l’unité de mesure du flux lumineux. Un lumen correspond au flux émis au sommet d’un angle standard d’un stéradian par une source ponctuelle ayant une intensité uniforme de un candela. Un stéradian est l’angle standard normalisé en trois dimensions.

La luminance (L) désigne l’impression de luminosité qui se dégage d’une surface éclairée ou éclairante. Elle s’exprime en candela par mètre carré (cd/m2).

Le lux est l’unité de l’intensité d’éclairement qui est exprimée en lx. Un lux équivaut au flux lumineux d’un lumen par mètre carré : 1 lx = 1 lm/m².

M

D’après David L.(ewis) MacAdam, les ellipses de MacAdam servent à déterminer les confusions colorimétriques visuelles. Elles décrivent une zone du diagramme de chromaticité CIE où la couleur située au centre de l’ellipse ne peut être distinguée par l’œil humain de toutes les autres couleurs contenues dans l’ellipse. Les tolérances colorimétriques jusqu’à 3 MacAdam sont pratiquement impossibles à distinguer.

Cet espace colorimétrique a été défini pour la première fois en 1931 par la Commission internationale de l’éclairage (CIE) et recense dans un système de coordonnées toutes les couleurs perceptibles. Il prend en compte les différentes manières dont l’être humain perçoit les différentes couleurs. Les couleurs sont décrites dans l’espace colorimétrique par une valeur x et une valeur y.

N

Le niveau d’éclairement E est une quantité utilisée dans le domaine de l’éclairage. Il indique en lux (lx) le flux lumineux (Lumen output) partant d’une source lumineuse et atteignant une surface donnée : E est égale à un lux lorsque le flux lumineux (Lumen output) d’un lumen éclaire de manière régulière une surface d’un mètre carré.

P

La perte de flux lumineux décrit la diminution de l’intensité lumineuse due au vieillissement du matériau dans lequel est fabriqué le semi-conducteur ainsi que l’altération des influences extérieures (par exemple, la température ambiante).

La plage du flux lumineux décrit la plage dans laquelle se situe le flux lumineux d’un luminaire.

La puissance consommée décrit en technique d’éclairage la puissance électrique absorbée par un ballast ou une lampe, exprimée en watts (W).

La puissance du luminaire (Lamp power) est exprimée en watts et indique uniquement la quantité d’énergie que chaque lampe ou chaque LED consomme. La puissance du système (System performance) indique, elle, la consommation d’énergie de la lampe dans son intégralité.

La puissance du système P est une quantité électrique qui est mesurée en watts (W). Elle est obtenue à partir des différentes puissances consommées de tous les composants électriques d’un luminaire, par exemple, lampe, ballast, bobines, etc.

R

Le rendement optique décrit le rapport en pourcentage du flux total du luminaire à la lumière directement émise par la lampe. Il est influencé par une mauvaise température de service et par un indice de réflexion défavorable.

Le rendu des couleurs d’une lampe décrit l’effet de couleur généré par l’éclairage de cette lampe. Les sources lumineuses de référence qui ont un effet de couleur optimal sont la lampe à incandescence et la lumière du soleil (lumière naturelle).

La représentation des couleurs fausses dans un calcul d’éclairage est utilisée pour montrer en image les différentes intensités d’éclairage sur les meubles et surfaces concernées. En représentant la situation avec des couleurs vives, on peut identifier de manière différenciée les nuances subtiles de l’éclairage sur le mobilier, les marchandises ainsi que les supports de marchandises et les murs.

La valeur d’ondulation indique la performance d’un luminaire de manière claire. Le niveau du flux d’ondulation et sa fréquence influencent de manière déterminante l’intensité avec laquelle le « vacillement / scintillement » de la technologie LED est perçue. Utiliser une technologie COB (Chip on Board, montage direct des puces) et des technologies électroniques innovantes permet de réduire de <1 % la part d’ondulation, ce qui la rend, consciemment et inconsciemment, invisible pour l’œil humain.

T

Le taux de mortalité indique le pourcentage des luminaires installés ne fonctionnant plus après la durée de vie assignée.

La température de couleur est une quantité utilisée dans le domaine de l’éclairage. Elle indique la température d’une source lumineuse qu’un corps noir devrait avoir pour que sa lumière éveille la même impression de couleur. La température de couleur est exprimée en kelvins (K).

Contact

Adresse

Oktalite Lichttechnik GmbH
Mathias-Brüggen-Straße 73
50829 Cologne
Allemagne

Hotline